Les fruits sont considérés avec méfiance par les personnes à risque de développer le diabète de type 2. Pourtant, une recherche australienne récemment publiée a trouvé une association intéressante entre la consommation quotidienne de fruits et la réduction des risques. Voici un résumé de ce que les chercheurs ont trouvé

Nous savons tous que pour une alimentation saine, il faut consommer 5 portions de fruits et légumes par jour. De préférence 2 de fruits et 3 de légumes. Cependant, cette règle est considérée avec suspicion chez les personnes ayant des problèmes de glycémie ou un facteur de risque de diabète de type 2, la forme la plus courante. Une condition, en fait, très courante sur toute la planète : en 2019, il y avait 463 millions d’adultes atteints de diabète et on s’attend à ce que d’ici 2045 ce nombre passe à 700 millions. Heureusement, une alimentation et un mode de vie corrects peuvent grandement influencer le risque de tomber malade ou non.

Fruits et sucre dans le sang : une relation qui a changé

Jusqu’à il y a quelques décennies, les fruits étaient considérés comme un tabou pour les diabétiques (seule exception ? La pomme, encore mieux si verte). Alors qu’aujourd’hui, grâce aux acquisitions de la science alimentaire telles que l’index et la charge glycémique, les fruits sont également entrés « officiellement » dans l’alimentation des diabétiques. En portions normales et deux fois par jour. Cependant, la crainte que « le fruit est mauvais » persiste, conduisant ainsi à ne pas consommer un aliment riche en substances nutritionnelles ayant une fonction protectrice sur la santé (vitamines, antioxydants, minéraux, fibres…).

Avec deux portions, le risque diminue

Il est donc souhaitable que les résultats de cette analyse qui viennent d’être publiés dans le Journal d’endocrinologie clinique et métabolisme, parviennent à renforcer une consommation régulière de fruits par tous. Une équipe de chercheurs de l’Université Edith Cowan de Perth, en Australie, a analysé les données sur les habitudes alimentaires de près de huit mille personnes ayant participé à une étude (Étude australienne sur le diabète, l’obésité et le mode de vie) il y a quelques années. Ils ont constaté que les participants qui mangeaient plus de fruits nature avaient une forte réduction de leur risque de développer un diabète au cours des cinq prochaines années. « Nous avons vu que ceux qui mangeaient environ 2 portions de fruits par jour avaient un risque 36% moins élevé de développer un diabète de type 2 que ceux qui mangeaient moins d’une demi-portion de fruits par jour.», précise Nicola P. Bondonno, l’un des auteurs de la recherche. Attention toutefois : cette association entre consommation de fruits et réduction des risques n’a été retrouvée que pour les fruits consommés naturellement et non sous forme de jus. L’alimentation complète donne les meilleurs résultats en termes de santé.

Il faut aussi noter que les savants ils ont également trouvé une relation entre la consommation de fruits et les marqueurs de la sensibilité à l’insuline (l’hormone qui abaisse la glycémie). Ce qui signifie que les personnes qui mangeaient plus de fruits avaient besoin de moins d’insuline pour ramener leur glycémie à la normale. Contrairement à ce qui peut arriver dans le diabète de type 2, dans lequel l’action de l’insuline peut devenir moins efficace (appelée résistance à l’insuline).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *