La clé du fameux régime à points, conçu par le diététicien Guido Razzoli dans les années 70, est la réduction drastique des glucides (c’est donc un régime low carb). Il connaît depuis peu une nouvelle jeunesse, et est proposé positivement par de nombreux magazines de santé pour son grand avantage – celui de vous aider à perdre du poids sans trop de sacrifices. Le secret, comme pour tous les régimes low-carb, réside dans un mécanisme, la réduction de l’insuline, qui mobilise les graisses de l’organisme.

Explication

Expliqués brièvement, les aliments riches en protéines valent quelques « points », souvent même zéro pour certains poissons et viandes, ainsi que des légumes, tandis que ceux riches en glucides comme le pain et certaines légumineuses peuvent même atteindre trente ou quarante points (une pizza par jambon peut valoir 20 à lui seul). De cette façon, vous êtes libre de manger des protéines et des graisses en quantité, car elles n’affectent pas l’équilibre quotidien des « points » qui est attribué en fonction du poids corporel et donne son nom au régime. En « dépensant » ces points, le sujet compose le menu de sa journée : une femme de 50 kg aura un budget de 16 ou 22 points, tandis qu’un homme de 80 kg pourra en avoir de 23 à 28.

des reproches

La critique principale de ce régime est de deux natures : la première est qu’un utilisateur inexpérimenté mais par exemple un amateur de sucreries pourrait composer son menu quotidien avec seulement quelques aliments riches en calories, annulant les résultats et ne mangeant pas correctement ; la seconde, commune à tous les régimes fortement cétogènes, est que le poids se perd rapidement, mais qu’il est tout aussi facilement récupéré en revenant à une alimentation normale. Bref, comme pour tout régime, les conseils et l’accompagnement d’un expert sont indispensables pour une bonne réussite.

Vous pourriez aussi être intéressé par:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *