Maqui (prononcé « machi ») est une baie produite à partir d’un arbuste qui pousse sur l’île isolée de Robinson Crusoé, perdue dans l’océan au large des côtes chiliennes. Le nom « Maqui » remonte aux Mapuche, un groupe ethnique indigène amérindien. .. qui avaient toujours vécu dans cette région et qui faisaient un usage intensif de ce fruit, auquel ils reconnaissaient déjà les valeurs officinales.

Le maqui est défini comme le « Super Berry » : la science, qui a traduit la sagesse populaire des Mapuche en termes vérifiables, a montré que sa pulpe est une concentré de polyphénols antioxydants, d’anthocyanes et parmi ceux-ci les delphinidines. Selon le test ORAC (Oxigen Radical Absorbance Capacity), méthode de mesure de l’action antioxydante des aliments, maqui exprime l’indice le plus élevé parmi tous les fruits analysés (myrtille, açaï, goji…).

La rareté et l’excellence du maqui découlent également du fait qu’une plante adulte ne produit que dix kilogrammes de fruits tous les sept ans ! De plus, aucune production industrielle n’est envisagée et il n’y a pas de cultures dédiées. La récolte est effectuée exclusivement dans le milieu d’origine en forêt et est effectuée strictement à la main.

La « récolte », par conséquent, est un processus long, fatigant et patient qui rend le maqui très rare et précieux, des caractéristiques qui sont renforcées par les éléments que la baie contient et qui sont capables de:

  • en expliquer un action antioxydante puissante agir de manière préventive sur la dégénérescence liée au vieillissement et aider les cellules à s’adapter à tous les stress quotidiens
  • travailler en tant que anti-inflammatoire activer le système de défense cellulaire
  • aider les cellules à atteindre un état énergétique optimal augmenter le potentiel énergétique dont ils disposent

Vous pourriez aussi être intéressé par:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *