Les monodiètes (comme le régime ananas ou banane ou raisin; soupe au chou ou betterave ou artichaut… !) ne doivent absolument pas devenir des programmes d’amaigrissement! Le fait de ne manger qu’un seul aliment pendant plusieurs jours peut avoir un effet drainant qui désintoxique l’organisme, mais, contrairement à ce que certaines per-sonnes peuvent croire, ce n’est en aucun cas une manière de maigrir.

Leur principe est simple. Pendant quatre jours, on supprime peu à peu les différentes catégories d’aliments, afin de ne conserver que des végétaux (on supprime d’abord la viande, puis le poisson, puis les matières grasses, puis les céréales). Ensuite, pendant un à cinq jours au maximum, on se nourrit uniquement d’un fruit ou d’un légume ayant des vertus drainantes (le raisin qui draine les reins, les fraises ou les artichauts qui nettoient le foie, les poireaux qui lavent les intestins et les reins…). Puis on réintègre dans son alimentation les différentes catégories d’aliments, dans l’ordre inverse de leur suppression (d’abord les céréales, puis les matières grasses, puis le poisson et la viande).

Il est dangereux de pratiquer ces monodiètes sans suivi médical pendant plus de cinq jours et de les renouveler plus de trois à quatre fois par an. Les monodiètes sont d’excellentes techniques… médicales! Elles sont connues depuis l’Antiquité pour ce qu’elles peuvent vraiment apporter: une désintoxication annuelle (ou bisannuelle) de l’organisme pour des personnes en bonne santé. Durant ces cures, on perd accessoirement quelques kilos, mais l’amincissement n’est en aucun cas le but. Ces kilos sont très rapidement repris car ils ne reposent sur aucun rééquilibrage métabolique.

En tant que praticien pluridisciplinaire, je recommande souvent ces cures de cinq jours (deux fois par an) aux per-sonnes en bonne santé désireuses de drainer leur organisme à la sortie de l’hiver ou de renforcer leur immunité avant la saison froide. Mais la minceur ne doit en aucun cas être la finalité des monodiètes. Un tel but les rendrait même dangereuses, car il forcerait ceux qui les pratiquent à les prolonger au-delà de quelques jours, ce qui plongerait leur métabolisme dans un profond déséquilibre associé à de graves carences.

Ce qu’il faut retenir

• Il existe déjà de très bonnes méthodes pour perdre du poids. Mais II existe aussi à ce jour des dizaines, sinon des centaines de régimes antisanté. Même s’ils sont promus par des personnalités (acteurs, top models…), ils sont parfois très déséquilibrés, voire loufoques… pire, dangereux pour certains.

• Il faut apprendre à les reconnaître, pour en mesurer les limites.
• Tout ce qui ne rééquilibre pas avant de faire maigrir ne peut pas être durable (effet yo-yo assuré).
• Les régimes alimentaires sont généralement fondés sur la restriction quantitative (calories), la restriction qualitative (monodiètes, régimes hyperprotéinés) ou les dissociations diverses.
• Tous veulent forcer le corps à maigrir avant de l’avoir apprivoisé. C’est alors la mémoire cellulaire de la frustration que l’on réveille, et non celle du juste poids.
• C’est pourquoi ces régimes, même s’ils peuvent faire réellement maigrir à très court terme, aboutissent toujours à une reprise rapide du poids perdu, avec quelques «petits» kilos en sus, qui sont la base de l’obésité progressive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *