La première astuce pour reconnaître un poisson frais est de ne jamais acheter un poisson sans la tête. Méfiez-vous même si la tête est là mais qu’elle est tachée de sang. Cela arrive souvent chez les poissons comme les sardines, les maquereaux ou les anchois, c’est parce qu’étant des poissons délicats, ils sont plus sujets à une détérioration rapide. Le vrai poisson frais peut être considéré comme tel s’il est pêché pendant la nuit ou au plus la veille.

Une autre bonne règle est d’acheter du poisson éviscéré ou congelé, car les bactéries et les germes peuvent se cacher dans le ventre. Quand nous allons acheter un poisson à la poissonnerie, nous devons bien aiguiser nos sens. Surtout trois : Vue, odorat et toucher.

  • LA VUE: Observez attentivement le poisson. Les les yeux ils doivent être brillants, vifs, saillants et avec une cornée transparente. Si, par contre, on voit des yeux vitreux, enfoncés et recouverts d’une patine blanche, méfiez-vous. Les branchies ils doivent être rouges et humides. Si par contre on trouve des étals de couleur brunâtre, attention, le poisson n’est pas frais. Là peau il doit être de couleur vive, presque argenté métallique. Si la peau est terne et avec des stries jaunes, oubliez-la.
  • L’ODEUR: L’indice de fraîcheur est la faible odeur d’algues, de mer et de salinité. Concrètement, nous listons leurs propres qualités de fraîcheur pour chaque type de famille.

Céphalopodes : (calmar, seiche, bébé poulpe, poulpe). Ils doivent toujours être achetés entiers, jamais sectionnés. Les frais ont une peau nacrée, avec des ventouses bien adhérentes aux tentacules. Si la peau a jauni, c’est une indication d’un produit non frais

Crustacés : (homards, homards). Ils doivent être achetés vivants si vous voulez être sûr à 100%. S’ils sont morts, ils doivent avoir une couleur rouge vif sur la coquille, une surface dure et compacte et une bonne odeur de mer. Achetez des coquillages décortiqués ou sans tête, uniquement s’ils sont congelés !.

Palourdes: (huîtres, moules, palourdes). Ils doivent être achetés strictement vivants, dans des sacs qui par la loi doivent être étiquetés, avec un cachet qui certifie leur passage dans un centre de purification. Cet étiquetage est également obligatoire sur les poissons surgelés ou congelés. Il doit indiquer la zone de capture, la date de péremption et le mode de production (élevé ou pêché).

  • LE SENS DU TOUCHER : Le toucher est peut-être le principal moyen de reconnaître un poisson frais. En effet, généralement sur les comptoirs des supermarchés ou des poissonneries, on trouve du poisson entouré de glace, de fortes lumières et aspergé d’eau pulvérisée. Cela peut être trompeur à l’œil, mais avec le toucher, vous ne vous tromperez pas. En effet, le poisson frais a une chair solide et élastique. S’il est pressé avec un doigt, vous pouvez comprendre qu’il est frais s’il reprend immédiatement sa forme initiale ; si votre empreinte digitale reste, cherchez ailleurs. Une autre caractéristique sont les écailles : elles doivent être bien adhérentes au corps. Le dernier test décisif consiste à immerger le poisson dans un bassin d’eau : si le poisson flotte, cela signifie qu’il est frais, s’il va au fond c’est un symptôme que le poisson n’est pas frais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *