Manger avec goût, en utilisant quelques petites astuces, aide à garder la forme. Cette théorie est confirmée par certaines études récentes sur le métabolisme, le processus biochimique qui transforme les aliments en énergie, qui ont montré qu’il reste plus actif si vous mangez régulièrement, sans sauter de repas ou réduire excessivement votre apport calorique.

En plus de cela, l’activité physique et le plaisir facilitent également l’activation du métabolisme. Le plaisir ressenti par l’un des cinq sens active l’hypothalamus (une glande du cerveau associée au plaisir) qui, lorsqu’il est stimulé, augmente la température corporelle et stimule le corps à brûler plus de calories. C’est pourquoi, si nous mangeons peu d’aliments indésirables, l’hypothalamus ne s’active pas et le poids augmente.


Les causes affectant le métabolisme

L’horloge biologique : après l’âge de trente ans, le métabolisme diminue progressivement, atteignant 30 % après l’âge de soixante-dix ans.

Heures de la journée : Le matin, entre 8h et 9h30, le métabolisme est plus actif, puis diminue progressivement jusqu’à 7 % de moins pendant la nuit.

La saison : le métabolisme augmente pendant la saison hivernale car, en raison du froid, le corps est obligé de subir un effort pour maintenir la température corporelle constante.

Les causes qui ralentissent le métabolisme

Poids corporel : si la surface corporelle augmente, le métabolisme est ralenti, alors qu’il s’accélère si la masse musculaire augmente.

Dépression et anxiété : les états dépressifs le ralentissent, tandis que les états anxieux peuvent l’augmenter ou le diminuer jusqu’à 50 %.

Température corporelle : Si elle est basse, le métabolisme ralentit. Pour chaque degré d’augmentation, à partir de 36°, le métabolisme augmente de 13%.

Vous pourriez aussi être intéressé par:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *