Tout d’abord, il est bon de préciser que le cholestérol est une molécule lipidique constituée de quatre cycles polycycloaliphatiques et d’une queue aliphatique. Le mot vient du grec mais a été utilisé pour la première fois en 1894. Il faut souligner que l’homme produit de manière autonome la plupart du cholestérol nécessaire (pour les adultes on parle de 1 ou 2 grammes par jour) ; en fait, seule une petite portion est prise avec de la nourriture.

Ses fonctions ? Il régule d’abord la croissance et la division cellulaires, puis s’occupe de la synthèse des hormones stéroïdes. Une autre fonction assez importante pourrait être considérée comme son travail pour le développement embryonnaire.

Ceci dit, il est bon de préciser que, lorsqu’on parle de cholestérol en médecine, on ne parle pas du cholestérol chimique mais d’une classe de lipoprotéines que l’on retrouve dans le sang. La mortalité totale est minime pour des valeurs de cholestérol total comprises entre 160 et 200 ml/dl pour les hommes et entre 200 et 240 pour les femmes. Des valeurs de cholestérol trop basses sont liées à un risque accru de décès causé par certaines tumeurs, accidents vasculaires cérébraux et pulmonaires, tandis que des valeurs trop élevées sont liées à un risque accru d’infarctus du myocarde.

Au niveau mondial, nous pouvons dire avec une certaine certitude que les nations qui mangent résolument grâce aux produits animaux ont des taux de cholestérol inférieurs à ceux des Européens ou des Nord-Américains. Une personne qui mange des aliments gras produira plus de cholestérol. Pour lutter contre le cholestérol, non seulement vous devez consommer la bonne quantité de protéines, mais il est également conseillé d’inclure le soja dans votre alimentation. Le cholestérol est également vaincu en augmentant l’apport en fibres, ce qui crée un filtre qui limite l’absorption des graisses et des sucres.

Il est également fortement recommandé de pratiquer une activité physique qui, on le sait, protège le cœur et augmente les taux de HDL, diminuant le risque de dépôt de cholestérol. Côté alimentation, on peut recommander les légumes (qui agissent comme une source de minéraux et de vitamines), les agrumes (la vitamine C protège les artères) et les légumineuses (riches en fibres et protéines végétales).

Le cholestérol peut aussi être bon

Tous les lipides sont des molécules insolubles dans l’eau et ne peuvent donc pas circuler librement dans la circulation sanguine, mais doivent être transportés par d’autres molécules, principalement des protéines, qui sont hydrosolubles. Les acides gras libres sont transportés via une protéine, l’albumine. Les triglycérides que nous prenons avec de la nourriture sont incorporés dans des molécules appelées lipoprotéines.

Parmi les lipoprotéines les plus connues, nous avons les LDL (lipoprotéines de basse densité) et HDL (lipoprotéines de haute densité). La tâche de ces molécules est de transporter les lipides (en particulier les triglycérides et le cholestérol) de l’intestin vers le foie et les tissus, et vice versa. Les LDL ont pour tâche de transporter le cholestérol du foie vers les tissus, où il est utilisé, tandis que les HDL ont la fonction opposée, car elles prélèvent le cholestérol des tissus et le renvoient au foie.

Les LDL sont dangereuses car elles ont tendance à déposer du cholestérol sur la paroi artérielle, favorisant la formation de plaques athéroscléreuses. A l’inverse, les HDL ont tendance à éliminer le cholestérol en empêchant la formation de plaques. Il existe donc un cholestérol de « mauvais type », qui est celui transporté par les LDL, tandis que le bon est celui transporté par les HDL.

Le taux de cholestérol total dans le sang est la somme de celui présent dans les lipoprotéines LDL et les HDL, et donc ce n’est pas un chiffre qui détermine absolument le risque cardiovasculaire, ce qui compte c’est le rapport entre le cholestérol total et les HDL, qui doit être inférieur à 5 pour les hommes et 4,5 pour les femmes. Un sujet avec un cholestérol total de 250 et un HDL (bon) cholestérol à 80 a un indice de risque de 3,1 (absolument normal), tandis qu’un sujet avec un cholestérol total de 250 et un HDL à 40 a un indice de 5 (à risque).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *